• <script async src="//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js"></script> <script> (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({}); </script>

     

     

     

     

    Ceci est un lieu anéchoïque. Plus simplement, une chambre sourde. Créée dans les laboratoires d’Orfield à Minneapolis, elle absorbe 99,9 % du son et permet des expériences totalement inédites. Pour la Nasa notamment puisque, dans l’espace, le silence est absolu. Son concepteur, l’ingénieur Steven Orfield, ne tient que trente minutes, gêné par le bruit de sa valve cardiaque artificielle et les hallucinations. Il met au défi quiconque d’y demeurer debout dans le noir plus d’une heure.

     

    Paris Match. Pourquoi avez-vous créé cette chambre sourde ?
     Steven Orfield. Nous avons inventé ce lieu pour effectuer des tests sonores de certains produits à très faible niveau de bruit. Nous l’utilisons également pour étudier le comportement de l’homme dans un environnement très silencieux. L’oreille humaine devient plus sensible et peut percevoir des sons qu’elle n’aurait normalement pas pu entendre. L’homme, privé de toute sensation auditive, est plongé dans l’obscurité pour que les effets ressentis soient encore plus importants. Notre travail consiste donc à observer les réactions humaines, au fil des minutes, dans cette pièce immergée dans l’obscurité et complètement sourde.

    <figure><figcaption>
    Mur acoustique fait de cônes en fibre de verre de 1 mètre d’épaisseur et d’une double paroi d’acier de 30 centimètres de béton. Samuel Kirby
    </figcaption></figure>

    On dit qu’on entend son sang circuler dans ses vaisseaux…
    Effectivement, nous pouvons entendre les battements de notre coeur, l’air passer dans nos poumons, le bruit de nos articulations en mouvement, mais aussi le bruit de fond de nos oreilles.

    Est-il possible de tenir plus longtemps avec les lumières allumées ?
    Normalement, oui ; mais, dans la réalité, c’est plus difficile qu’il n’y paraît. Si vous y restez pendant une demi-heure, vous devez vous asseoir. Certains journalistes en visite dans les laboratoires ont passé près de quarante-cinq minutes dans le noir, mais c’est le maximum atteint jusqu’à présent.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique