• <script type="text/javascript"> </script> <script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>

     

     

    Uranus est entouré d'un anneau comme Saturne, mais tourne sur un axe horizontal.

    Uranus fut découvert en 1781 par William Herschel, un organiste et un astronome amateur qui vivait à Bath. Herschel découvrit quelque chose de complètement inattendu – l'existence d'une planète située à l'extérieur de l'orbite de Saturne. Contrairement à toutes les autres planètes, avec un équateur horizontal tournant autour d'un axe vertical, Uranus possède un équateur plus ou moins vertical qui tourne autour d'un axe horizontal – tournant ainsi à virtuellement 90º ‘hors du centre' du reste des planètes. Uranus enfreint les règles – il est ‘différent', ‘inhabituel, ‘inattendu, ‘excentrique' et ‘choquant' – tous les mots-clés pour son interprétation astrologique.

    Le second indice pour l'interprétation d'Uranus est le fait que sa découverte ne fut possible que grâce aux progrès scientifiques et au développement du télescope qui permit cette découverte particulière et révéla que le cosmos était bien plus vaste que ce qu'on avait pensé jusque là. Cette découverte détruisit d'un seul coup l'ancien monde, le confortable système solaire délimité par Saturne et que l'on maîtrisait bien. La surprise causée par le doublement de la taille du système solaire provoqua une sorte de vertige intellectuel, une ‘ivresse de liberté', une nouvelle foi pour la science et pour le potentiel illimité de l'avenir. Depuis 1781 nous vivons dans un nouvel ordre mondial, et les découvertes de Neptune et Pluton qui vont suivre élargiront notre système solaire - et potentiellement notre conscience - davantage encore.

    Uranus n'est pas personnifié dans les textes alchimiques, mais à l'instar des “cieux étoilés” il est l'égal du mundus archetypus, le monde platonique des idées divines. Cette gravure, tirée de l'Opus medico-chymicum de Johann Daniel Mylius (1618), dépeint l'intelligence divine sous la forme d'une lumière irradiante traversant le monde des Idées et les trois classes de la hiérarchie des anges jusqu'au monde de la forme.

     

    A l'origine, la nouvelle planète reçut le nom du roi George III, un roi politiquement incompétent qui fit une dépression nerveuse en 1788 et finit fou furieux. On donna alors à la planète le nom d'Uranus, le dieu éloigné des cieux étoilés mais qu'on associait de plus en plus au mythe de Prométhée.[27] Ce fut Prométhée qui vola le feu des dieux pour le bénéfice de l'humanité et qui fut cruellement puni pour son acte de hubris. La correspondance de ce mythe s'explique par le fait que Prométhée ne respecte pas la tradition ni l'autorité et que c'est dans l'intérêt du progrès de l'homme qu'il transgresse les règles établies. Prométhée symbolise l'étincelle créative qui permet les avancées culturelles et technologiques, l'amélioration de l'autonomie de l'homme, les illuminations soudaines ainsi que l'éveil intellectuel et spirituel. L'acte sacrilège de Prométhée donna à l'homme des pouvoirs nouveaux qui étaient jusque là réservés aux dieux. La punition est immédiate et terrible pour le crime de hubris, ou inflation à caractère divine. Comme Richard Tarnas l'a montré, il n'est pas rare que les innovateurs et les scientifiques brillants qui contribuent de manière importante à l'avancement collectif, connaissent des souffrances affreuses dans leur vie personnelle.

     

    suite: http://www.astro.com/


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique